Page:Bailly - Dictionnaire Grec-Français.djvu/157

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

ambassadeurs, etc. ) || 2 qui convient à un roi, digne d’un roi || Cp. -ώτερος, sup. -ώτατος [βασιλεύς].

βασιλικῶς, adv. royalement, en roi.

βασιλίς, ίδος : 1 adj. f. de roi ou de reine, royal ; νύμφη β. Eur. jeune reine ; β. γυνή, Eur. reine || 2 subst. () reine, princesse [βασιλεύς].

βασιλίσκος, ου () roitelet, oiseau [dim. de βασιλεύς].

βάσιμος, ος, ον, où l’on peut marcher, accessible [βαίνω].

βάσις, εως () 1 action de marcher, d’où marche, allure ; οὐκ ἔχων βάσιν, Soph. n’ayant pas le pouvoir de marcher, impuissant à marcher ; au plur. τροχῶν βάσεις, Soph. le mouvement des roues || 2 organe pour la marche, pied ; αἱ βάσεις, les pieds || 3 ce sur quoi l’on marche ou l’on se tient, base, piédestal ; base ou siège d’un organe ou d’une partie du corps, de la cervelle, du cou [βαίνω].

βασκαίνω (f. ανῶ) 1 jeter un sort, fasciner, ensorceler || 2 p. suite, regarder d’un œil jaloux, porter envie || 3 p. suite, décrier, dénigrer, acc. [βάσκανος].

βασκανία, ας () envie, jalousie, d’où esprit de dénigrement, méchanceté [βάσκανος].

βάσκανος, ος, ον : 1 qui regarde d’un mauvais œil, qui jette un sort || 2 curieux, jaloux || 3 dénigrant, médisant, calomniateur, méchant || Sup. βασνανώτατος.

βασκαντικός, ή, όν, qui jette un sort, envieux, méchant [βασκαίνω].

βάσκω (seul. impér. prés.) marcher, d’oie : 1 aller : βάσκ’ ἴθι, Il. va, en avant ! || 2 venir : βάσκε, Eschl. viens ! [R. Βα, marcher ; v. βαίνω].

βάσομαι, fut. dor. de βαίων.

βᾶσσα, v. βῆσσα.

βασσάριον, ου (τὸ) petit renard de Libye [βασσάρα, renard].

βάσσον, v. βαθύς.

βάσταγμα, ατός (τὸ) charge, fardeau [βαστάζω].

βαστάζω (impf. ἐβάσταζον, f. βαστάσω, ao. ἐβάστασα, pf. inus.) Ι lever : 1 soulever (un objet lourd, un fardeau, etc.) : β. λᾶαν ἀμφοτέρῃσι, Od. dout. soulever une pierre avec les deux mains ; μέγα τόξον, Od. soulever, soupeser un grand arc || 2 relever : τινὰ πεπτῶτα, Soph. un homme tombé || 3 soulever, lever légèrement (un voile) || 4 fig. tenir levé ou suspendu, balancer : ἐν γνώμᾳ, Eschl. dans son esprit || II p. suite, porter, tenir dans ses bras ou dans ses mains, tenir : χέρα χερί, Eschl. ou simpl. χέρα Eur. presser dans sa main la main (de qqn), d’où tenir embrassé : βαστάσαι δότε, Soph. laissez-moi vous embrasser ; au pass. être dans les mains (de tous), en parl. d’ouvrages.

βατέω-ῶ c. πατέω [βατός]

βάτην, 3 duel ao. 2 poét. de βαίνω.

βάτιον, ου (τὸ) petite mûre sauvage [βάτος].

βάτος, ου (, poster. ) ronce, d’où mûre sauvage.

βατός, ή, όν, où l’on peut aller, accessible [adj. verb. de βαίνω].

βατραχίδιον, ου (τὸ) petite grenouille, rainette [βάτραχος].

Βατραχο·μυο·μαχία, ας () Batrachomyomachie, c. à d. combat de rats et de grenouilles, poème héroï-comique, faussement attribué à Homère [βάτραχος, μῦς, μάχομαι].

βάτραχος, ου () 1 grenouille || 2 grenouille de mer ou baudroie, poisson aussi appelé ἁλιεύς [par dissimil. p. *βράτραχος, de *βρατρος, criard, de la R. Βρα ou Βαρ, crier].

βάτταλος, mieux que βάταλος, ου () débauché, sobriquet de. Démosthène (par jeu de mots avec βατταρίζω, parce qu’étant jeune il prononçait le ρ comme un λ).

βατταρίζω, bredouiller, dire des niaiseries.

βάτω, 3 sg. impér. ao. 2 de βαίνω.

βαύζω : 1 aboyer || 2 grogner, gronder : β. τι, Eschl. murmurer qqe ch. en grondant || 3 demander à grands cris : τινα, qqn [βαΰ, onomatopée pour imiter le cri du chien].

βαυκαλάω-ῶ, endormir par des chants à la façon des nourrices.

βαφεύς, έως () teinturier [βάπτω].

βαφή, ῆς () immersion, d’où : l trempe (du fer, de l’acier) ; fig. en parl. du vin, force || 2 teinture ; p. ext. couleur, en gén. ; fig. β. τυραννίδος, Plut., couleur de tyrannie [βάπτω].

βαφήσομαι, fut. 2 pass. de βάπτω.

βαφικός, ή, όν, qui concerne la teinture : ἡ βαφική (s. e. τέχνη) l’art de teindre [βάπτω].

βδάλλω (f. αλῶ) sucer.

βδέλλα, ης () sangsue [βδάλλω].

βδελυγμία, ας () mal de mer, nausée [βδελύσσομαι].

βδελύκ·τροπος, ος, ον, odieux, exécrable [βδελύσσομαι, τρόπος].

βδελυρία, ας () impudeur, conduite infâme [βδελυρός].

βδελυρός, ά, όν, impudent, infâme [cf. βδελύσσομαι].

βδελύσσομαι, att. βδελύττομαι (f. -ύξομαι, ao. ἐβδελύχθην, postér. ἐβδελυξάμην) 1 éprouver du dégoût || 2 éprouver de l’horreur pour, acc. [cf. βδελυρός].

βδέω (non contr.) lâcher un vent.

βέβαα, pf. 2 de βαίνω.

βέβαιος, ος ou α, ον : I ferme, solide || II fig. 1 ferme, constant : φίλος β. Eschl. ami sûr ou fidèle ; βεβαία εἰρήνη, Isocr. paix solide ; τῆς διανοίας τὸ βέβαιον, Thc. esprit ferme et résolu || 2 qui est à l’abri du danger : πύλαι βέβαιοι, Thc. portes sûres, à l’abri de toute surprise || 3 sûr, certain : τέκμαρ β. Eschl. preuve certaine ; β. τοξεύματα, Soph. traits qui vont sûrement au but (o lancés d’une main ferme, bien assurée) ; κίνδυνος β. Thc. danger certain ; en parl. de pers. βεβαιότεροι ἂν ἦσαν μηδὲν νεωτεριεῖν, Thc. il serait plus certain qu’ils ne feraient aucun changement ; τὸ βέβαιον, Hdt. la certitude || Cp. βεβαιότερος, sup. βεβαιότατος [R. Βα avec redoubl.].

βεβαιότης, ητος () 1 solidité, stabilité || 2 sécurité, sûreté [βέβαιος]

βεβαιόω-ῶ (f. ώσω, ao. ἐεβαίωσα, pf. inus.) 1 affermir, consolider : τὴν ἀρχήν, Plut., le