Page:Banville - Ésope, 1893.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
14
ÉSOPE

Qui, ce matin, se sont ouverts avant l’aurore.


Rhodope

J’obéis. À bientôt, mon roi.


Crésus, à Ésope.

J’obéis. A bientôt, mon roi. Toi, reste encore.

(Le Roi frappe dans ses mains. — Entre Ceyx).



Scène quatrième


CRESUS, ÉSOPE, CEYX.



Crésus, à Ceyx.

Fais venir Orétès et Cydias.

(Ceyx sort. À Ésope).

Fais venir Orétès et Cydias. Ce sont
Mes deux ministres, ceux qui font et qui défont
Le sort ; les tout-puissants qu’on flatte et qu’on redoute.


Ésope

Ah !


Crésus

Ah ! Qu’ils ne te voient pas.

(Désignant une chambre voisine, dont l’entrée est fermée par une tapisserie).

Ah ! Qu’ils ne te voient pas. Entre là, seul. Écoute
Ce qu’ils diront. Fidèle à ton devoir sacré,
Écoute bien ce qu’ils diront.


Ésope

Écoute bien ce qu’ils diront. Je n’en perdrai
Pas un seul mot.

(Ésope entre dans la chambre que Crésus lui a désignée. Le Roi s’assied. — Entrent Orétès et Cydias qui s’inclinent profondément devant lui.)