Page:Banville - Ésope, 1893.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
35
ÉSOPE

Ainsi le renard fauve, en son hypocrisie,
Mêlait le fiel amer à des flots d’ambroisie,
Par un art familier chez les empoisonneurs.


Orétès

Et le corbeau ?


Cydias

Et le corbeau ? Que fit le corbeau ?


Ésope

Et le corbeau ? Que fit le corbeau ? Chers seigneurs,
Je ne sais. Il était plus sérieux qu’un mage.
S’il ouvrit son bec d’or et lâcha le fromage,
Il est probable, on peut imaginer déjà
Que le fin renard s’en saisit et le mangea.
Quant à moi, pour qui tout parleur est l’adversaire,
Entre mes fortes dents, comme un étau je serre
Un fromage dont nul ne fera son repas,
Et des griffes de fer ne l’en ôteraient pas.


Cydias

Certes, la flatterie, aux sirènes pareille,
Te dirait un chant trop grossier pour ton oreille,
Et ne troublerait pas ton cœur mystérieux.
Mais parlons, maintenant, et soyons sérieux.


Orétès

Tu trouveras en nous des frères.


Cydias

Tu trouveras en nous des frères. Des modèles
D’honnêteté.


Orétès

D’honnêteté. De bons associés fidèles.


Cydias

Sois tranquille.


Orétès

Sois tranquille. Et d’abord comme point de départ,
Nous t’offrons la plus grosse et la meilleure part.


Ésope

De quoi ?


Orétès

De quoi ? De tout.