Page:Banville - Ésope, 1893.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
37
ÉSOPE


Orétès

Allons donc !


Cydias

Allons donc ! Nos façons de vivre sont adroites.


Orétès

Notre seul intérêt peut nous mettre en émoi,
Et nous sommes des gens comme toi.


Ésope, indigné.

Et nous sommes des gens comme toi. Comme moi !


Orétès

Sans doute.


Ésope

Sans doute. Ah ! pas un mot de plus.


Orétès

Sans doute. Ah ! pas un mot de plus. À quoi bon feindre ?
Nous savons tout.


Ésope

Nous savons tout. Quoi ?


Cydias

Nous savons tout. Quoi ? Tout.


Orétès

Nous savons tout. Quoi ? Tout. Cesse de te contraindre.
Que le Pactole pleure et chante sous les joncs,
Et puisque cet empire est à nous, partageons !


Cydias

Nos lyres sont d’avance à la tienne accordées.
Nous t’obéirons.


Orétès

Nous t’obéirons. Nous entrons dans tes idées.


Cydias

C’est pourquoi, ne sois pas sauvage comme un loup.


Ésope, ironiquement.

Parlez donc ! Vos discours m’intéressent beaucoup.

(À part.)

Ô clarté du soleil, que cette fange est noire !