Page:Banville - Ésope, 1893.djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
49
ÉSOPE

Vous qui brillez sur les campagnes,
Vous êtes ses compagnes
Et vous le contemplez, étoiles du ciel bleu.
Quand vers lui vient la Mort, silencieuse et blême,
Le Roi n’a personne qui l’aime.
Il est seul et terrible et triste comme un dieu.

(Entre Rhodope, qui s’avance avec empressement vers le Roi).



Scène deuxième


CRÉSUS, RHODOPE, puis SOPHION



Crésus

Ah ! c’est toi ! Je te vois enfin, rose fleurie,
Et je sens aussitôt ma tristesse guérie.
Ma Rhodope, j’ai cru que tu me fuyais !


Rhodope

Ma Rhodope, j’ai cru que tu me fuyais ! Moi !
Non pas. Mais je pleurais sur ton esclave.

(Entre Sophion.)

Sophion, à Crésus.

Non pas. Mais je pleurais sur ton esclave. Roi,
Nous venons d’arrêter un espion, un Perse,
Fomentant parmi nous la trahison perverse.
Il semble que sa main puise dans un trésor ;
Moi-même, je l’ai vu distribuer de l’or.
Tout d’abord, il avait dessiné de fidèles
Images de nos monts et de nos citadelles,
Car il errait sous nos murailles, dès hier.
Et d’ailleurs, il n’a rien nié, car il est fier