Page:Banville - Petit Traité de poésie française, 1881.djvu/37

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Vous ai-je acquis sur eux en ce dernier effort
La puissance absolue et de vie et de mort ?

Corneille. Pompée, Acte III, Scène ii.


Oui, j’ai tort, je l’avoue, et je quitte la place.

Molière. Le Misanthrope, Acte I, Scène iii.


Sans cesse il vous souvient que Térée autrefois
          Parmi des demeures pareilles
Exerça sa fureur sur vos divins appas.

La Fontaine. Philomèle et Progné, Fables, Livre III, xv.


Toute la joie er-rante en tourbillons de fêtes,

Victor Hugo. La Trompette du Jugement. La Légende des Siècles.


Oui, vous êtes le sang d’Atrée et de Thyeste,

Racine. Iphigénie en Aulide, Acte IV, Scène iv.


Mais, si l’un de ces mots est suivi d’un s, il ne peut entrer dans le corps du vers, et il ne se place dans le vers qu’à la condition d’en être le dernier mot, comme dans les exemples suivants :


Avec des cris de joie ils ont compté tes plaies
           Et compté tes douleurs.
Comme sur une pierre on compte des monnaies
           Dans l’antre des voleurs.

Victor Hugo. À Olympio, Les Voix Intérieures, xxx.


Tandis que ces cités dans leur cendre enfouies
Furent pleines jadis d’actions inouies,

Victor Hugo. À l’Arc de Triomphe, Les Voix Intérieures, iv.


Quand la trombe aux vagues s’appuie ;
Quand lorage, l’horreur, la pluie,
Que tordent les brises d’hiver,