Page:Barbey d’Aurevilly - Les Vieilles Actrices. Le Musée des antiques, 1889.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ville, — est plus vénérable par le talent, mais la vieille mademoiselle Laferrière est plus vénérable par l’antiquité, et quand elle fera sa première communion, ce sera une endurcie… ou une amollie de quelques années de plus, qui s’offrira à Dieu.

Ce ne sera pas la rose, mais le gratte… du Sacrifice !

Car je ne doute pas que mademoiselle Laferrière ne fasse sa première communion un de ces jours comme Richelieu-Déjazet, appelé si drôlement Virginie ! La petite veste bleue à l’anglaise, l’écharpe blanche au bras, le cierge dans les mains, gantées du blanc de l’innocence, tout cela est si jeune, qu’aux yeux en lunettes de cette enragée de jeunesse ce doit être décisif pour aller tendre sa langue au bon Dieu, comme dit un affreux personnage de la Comédie humaine, et tourner le dos aux hommes, pour de bon, cette fois.

C’est un rôle jeune, cela, le petit premier communiant ! Il n’y a guères mieux que l’enfant en jaquette, qui reste encore