Page:Barbey d’Aurevilly - Les Vieilles Actrices. Le Musée des antiques, 1889.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cercueil, dans les quatre planches de sapin où vont également les Mazarin et les Laferrière. Mais l’Histoire à la double face, tragique et comique, n’a pas plus oublié le rouge de Mazarin que les millions volés à la France !

Et quoiqu’il lui ait donné l’Alsace et presque Louis XIV, le ridicule de cette tache de rouge, au milieu des taches de honte, est resté à Mazarin.

Mademoiselle Laferrière n’est pas une coquette de cette taille historique. Elle n’importe guères, elle, qu’aux Tallemant des Réaux de la Chronique qui passe et qui sera oubliée demain. Mais le ridicule n’en est pas moins le ridicule, pour ne pas être immortel, et vous crèveriez sans mémoire que, tant que vous avez vécu, vous nous aurez prêté à rire…