Page:Barrès - La Colline inspirée, 1913.djvu/226

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Le troupeau des fidèles sortit affolé de l’église. En vain les Pontifes les firent-ils entrer au couvent pour leur expliquer qu’ils étaient condamnés d’une manière qu’on appelle en théologie subreptice, c’est-à-dire par suite de faux renseignements et contre la vérité, et qu’une telle condamnation, d’après une décision du pape Innocent III, était sans effet. Ils y perdirent leur latin. Une terreur divine agitait les consciences. La parole du pape déchirait la robe des trois prêtres, les dépouillait de tous les services qu’ils avaient rendus, les livrait quasi tout nus aux reniements de la foule inconstante. Dès le soir, Léopold, allant avec Thérèse visiter un malade à Saxon, entendit sur son passage monter d’une haie le cri : Au loup ! au loup ! C’était la première fois qu’un de ses paroissiens élevait contre lui une parole de haine. Il en éprouva une profonde amertume, et surtout il put voir que personne ne se levait pour le défendre. Mais le lendemain, ce fut pis.

Le lendemain, les Baillard entendirent de grands cris qui venaient du fond de la plaine. S’étant avancés jusqu’au bord du plateau, ils aperçurent une troupe d’enfants qui gravissaient la côte en courant, à travers les champs