Page:Barrès - La Colline inspirée, 1913.djvu/249

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Joseph d’Arimathie et Nicomède ont trouvé, dans le lieu même où le Christ avait été crucifié, un sépulcre tout neuf pour le recevoir.

Ce soir-là, dans le couvent demi-vide, le souper fut bien triste. La lampe du réfectoire s’étant éteinte faute d’huile, on dut achever le repas et s’aller coucher sans chandelles. Il faisait un grand clair de lune ; Quirin et la sœur Quirin veillaient à une fenêtre du premier étage, tous deux seuls, et ils voyaient une vive lumière à la maison de l’Oblat. Quirin, considérant longuement cette petite maison, où fréquentaient maintenant les plus importants de la commune, fut pris d’une soudaine angoisse, et lui, d’ordinaire si réservé, il demanda à la sœur Quirin si elle pensait que l’on pouvait encore vivre en communauté.

Elle lui répondit :

— Pourquoi voulez-vous me tendre un piège ? Vous êtes résolu à lutter et vous voulez me renvoyer si je n’ai pas confiance en Léopold et en vous. Alors que deviendrais-je ?

Mais il jura sur la vierge de Sion qu’elle pouvait lui répondre en toute franchise, et même qu’il suivrait son avis.

Alors, elle lui dit :

— Les frères Hubert et Martin ont décidé