Page:Basset - Nouveaux Contes berbères, 1897.djvu/126

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


101

’Abri, Moh’ammed et Ali (184).
(Chaouia de l’Aourâs).

Au temps jadis quand les Romains (Roumân) étaient puissants, Rohbân alla les trouver et leur dit : « Je suis marabout, suivez mon conseil. — Parle, répondirent-ils, ce que tu nous diras, nous le ferons. — Prenez garde à tel jour : il naîtra un homme, du nom de Moh’ammed au milieu des Romains, il sera créé parmi vous : faites attention. Si vous n’y veillez pas, il perdra votre autorité. » Un crieur fit la proclamation, ils s’observèrent.

L’enfant naquit, on le cacha. Il grandit et alla vers la femme de son oncle. Il s’approcha de son ventre qu’il toucha en disant : « Ali, es-tu près de sortir ? — Attends que