Page:Bastide - La Petite Maison.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chose à vous montrer qui vous surprendra peut-être davantage.

— J’ai de la peine à le croire, répondit-elle ; mais, après les gradations que j’ai vues, rien n’est impossible, et il faut tout voir. » (Cette sécurité est naturelle, et ne surprendra que ceux qui doutent de tout par ignorance ou par insensibilité.)

Mélite se leva et suivit Trémicour. C’étoit dans la salle à manger qu’il la conduisoit. Elle fut frappée d’y trouver un soupé servi, et s’arrêta à la porte.

« Qu’est-ce donc ? s’écria-t-elle. Je vous ai dit qu’il falloit que je partisse…

— Vous ne m’avez pas ordonné de m’en souvenir, répondit-il, et d’ailleurs il est très-tard ; vous devez être fatiguée, et, puisqu’il faut que vous soupiez, vous me ferez bien l’honneur de m’accorder la préférence, à présent que vous voyez que vous le pouvez avec si peu de risque.

— Mais où sont donc les domestiques ?