Page:Bastide - La Petite Maison.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


reprit-elle ; pourquoi cet air de mystère ?

— Il n’en entre jamais ici, répondit-il, et j’ai pensé qu’aujourd’hui il étoit encore plus prudent de les bannir : ce sont des bavards, ils vous feroient une réputation, et je vous respecte trop…

— Le respect est singulier ! poursuivit-elle ; je ne sçavois pas que j’eusse plus à craindre de leurs regards que de leurs idées. »

Trémicour sentit qu’elle n’étoit pas la dupe du paradoxe.

« Vous raisonnez mieux que moi, lui dit-il, et vous m’apprenez que le mieux est l’ennemi du bien. Malheureusement ils sont renvoyés, et il n’y a plus de remede. »

L’imposture succédoit au paradoxe, et cela étoit visible ; mais, quand on a l’esprit troublé, ce sont souvent les choses frappantes qui ne frappent pas. Mélite n’insista donc point ; elle s’assit avec beaucoup de distraction en considérant un tour, placé dans un des arrondissemens de cette salle,