Page:Bastide - La Petite Maison.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


par lequel on servoit aux signes que Trémicour faisoit.

Elle mangea peu et ne voulut boire que de l’eau ; elle étoit distraite, rêveuse, triste. Ce n’étoit plus cet enchantement, ces exclamations, par lesquels son attendrissement avoit commencé à se signaler ; elle étoit maintenant plus occupée de son état que des choses qui le causoient. Trémicour, animé par son silence, lui disoit les choses les plus spirituelles (nous avons de l’esprit auprès des femmes à proportion que nous le leur faisons perdre) ; elle sourioit et ne répondoit pas. Il l’attendoit au dessert. Lorsque le moment en fut arrivé, la table se précipita dans les cuisines qui étoient pratiquées dans les souterrains, et de l’étage supérieur elle en vit descendre une autre qui remplit subitement l’ouverture instantanée faite au premier plancher, et qui étoit néanmoins garantie par une balustrade de fer doré. Ce prodige, incroyable pour elle, l’invita insen-