Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 11, 1922.djvu/317

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


né d’hier… Eh bien ! voulez-vous que je vous dise une bonne chose ?… Ça ne collera pas, cette liaison-là !


GENIUS.

Tant pis !… Elle me semblait présenter quelques chances de durée. C’est une femme à laquelle il a fallu toujours un grand homme… Elle ne regarde pas à l’âge. Et combien en a-t-elle déjà consommé !


GUÉRIN.

Trop chichiteuse, la grande courtisane !… Ce que Dellières avait d’excellent, c’est qu’elle l’amusait follement… Fallait les voir jouer tous les deux à la crapette ou au matador !… Ils se flanquaient des taloches, comme des arpètes.


GENIUS.

Oui, oui… la petite femme sans importance ! Elle s’est rattrapée depuis… Elle a rétabli la moyenne… Dites donc, au fait, et son type ?… Racontez-moi où en est cette affaire de ciné… À ce qu’on m’a assuré, la Société va poursuivre ?…


GUÉRIN.

La commission, hier, en effet, a décidé de se joindre à l’action Benoitier et d’envoyer du papier timbré au bonhomme.


GENIUS.

Comique !… Le dieu qui préside aux destinées du théâtre a des combinaisons très morales.


GUÉRIN.

Chut… Il ne faut pas parler trop haut… Je le lui ai caché… Tout ce qui touche au passé…