Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 11, 1922.djvu/321

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



GUÉRIN.

Et alors cette audition ?…


BARNAC.

Excellente… du naturel, de la vie.


MABELLA.

Oh !… maître… quelle reconnaissance !


BARNAC.

Elle fera très bien dans la pièce des autres.

(Entre Legardier.)


Scène V


Les Mêmes, LEGARDIER


LEGARDIER.

Avons-nous enterré le coryza, Barnac ?…


GENIUS.

Salu… e…


BARNAC.

Ma foi… tu arrives l’enterrement fini…


MADEMOISELLE MOREL.

Ah ! Monsieur Legardier, il faut que je vous félicite… Votre roman, dans La Revue de Paris, est une pure merveille… Ah ! notre chère beauté, si nous ne l’avions pas pour nous consoler des vulgarités de l’ambiance !


MABELLA, (à Barnac.)

Maître, je vous quitte, très reconnaissante.