Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 11, 1922.djvu/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dans cette chambrière !… Si c’eût été dans le dessein d’accuser faussement sa maîtresse, se fût-elle donné la peine de franchir six lieues à dos d’ânesse, pour venir me dire qu’elle avait trouvé, au fond d’un pot de miel vide, un billet signé « Don Juan ? » Ce ne peut être que ce Manara dont les exploits empestés sont parvenus jusqu’à nous !… Vous m’avez dit vous-même qu’on le croyait de passage à Séville ?…


LE CHAPELAIN.

Sans doute… sans doute ! Mais qui vous assure, par-dessus le marché, que c’est le maître que vous venez de pourfendre !… Pourquoi n’aurait-il pas placé, hypothèse fort vraisemblable, un guetteur au bas de la terrasse… alors que lui-même…


NUNEZ.

Dieu vivant !… Dans ce cas !… (Il appelle.) Cernez la maison !… Postez-vous régulièrement, un par un, de cent mètres en cent mètres !… Surveillez toutes les fenêtres !… Dans ce cas, la bête serait baugée chez nous !… Éclairez les souterrains.

(Il va à la porte de fer, tire une clef et l’ouvre. Des hommes pénètrent avant lui dans le souterrain.)

LE CHAPELAIN.

Monseigneur, une femme qui, en tout cas, vient d’entendre votre voix, tremble là-haut, et prie peut-être Dieu de pardonner à la pécheresse. Souvenez-vous-en !…


NUNEZ.

La magnanimité est faite pour les vieillards !… Je suis jeune, et je cherche un rival.

(Il repousse le chapelain et entre.)