Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 9, 1922.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


inespéré, mon enfant… si, au contraire, sans avoir à t’éloigner de nous, la vie t’apportait les plus éclatants bonheurs ?…


EDWIGE.

Je ne comprends plus du tout !… Sans m’éloigner de vous ?… comment serait-ce possible ?


MADAME BOUGUET, (souriant.)

Déchiffre cette énigme.


BOUGUET, (intervenant.)

Je m’empresse d’ajouter que ce sont de pures suppositions… et Jeanne…


MADAME BOUGUET.

Nullement des suppositions… Un homme t’aime et il n’est pas loin d’ici…


EDWIGE.

Pas loin ?


MADAME BOUGUET.

Mais laissons la personne de côté… Ce que je voulais connaître avant tout, ce qu’il m’importait de savoir, c’est ta résolution intime préconçue… Ainsi, quel que soit le parti, tu le refuses d’avance ? Non, non, laisse-la, Laurent… Réponds en toute indépendance.


EDWIGE.

En principe, oui, Madame… Je ne puis pas dire autre chose.


MADAME BOUGUET.

Je ne suis pas chargée d’ailleurs de t’en parler… Je me livre à des hypothèses séduisantes, voilà tout. Pourtant, si je te nommais la personne, sans y être autorisée le moins du monde, peut-être ta résolution changerait-elle.