Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/427

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


20 JÇuil nefaut jamais nifeste le plus cruel de tûus les En f pereurs Romains. Ce monstre de la Nature ayant ôté du monde celle qui Ty avoit mis, fut bicn tôt puni de ſes crimes par les propres re. mords de fa conſcience, íi toutesfois il en avoit une. Cet Inhumain , dont les violences avoient contrainc le Senat de lesfouffrir, ſanscnofer murmurer , vid en moins de rien tous les Romains ſe ſoîilever contre iuy. Quelques - unes de ſes Statuës furent àbatués de nuit : Er l’on oiiit en plein jour des voixqui crioient, Ntron a tué fk Mere. Ce que plufieurs !ny furent dirc iuſ- ques dans fon Palaiss non pas tant pouraucune foy qu’ils y ajoutaíſent, que pour accufcr 'Neron devant Neron meſme. Auísi arriva.t'il en- ftn par un juste chastiment de ſa mauditc vie , que le Senat ordon- na, Qu’it ſeroit mené tout nud par la ville, trainant ſon propre gibct, Sc que le Bourcau l’ayant fait mourir