Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/842

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


2.-S\tFlE'íl Je fait t domey gtrde te Femme impudiquc en fit etìfiti ' des Voleurs , des Assaísins , ;fl,s Traistres , & des Meurtriers. Çc' qui ne veut dire autre choſe, sinon que les voluptueux s’addonnent ſouvent à tous les vices , apres qu’il ne leur reste plus rien , Sc que leurs belles Sorcieres , ou si vous voulez, leurs inſatiables har- pies > ont épuiíe leur principale ſubstance. Cette penſée est: de Xe- nophon, qui ajoute en ſuitte ,que si de hazard le Philoſophe Socra- te fe rencontroit en quelque festin, où il n’alloit que rarement, il n’y mangeoit que fort peu, ôc beuvoit encore moins , ufant.de cetraitde raillerie, que la bonne chere avoiiA changé en Pourceaux les Compa- gnons d’CJlisse : mais que luy plus fin qu eux a s’en étoit exemté par le moyen de ſon abstinence , & pour s’être toujours ſouvenu du conſeil que luy avoit donnéMer- .cure, II y a dans un Dialoguede