Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/900

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


  • 6 De l’Envie, & desis efets. ,

de les propres dilgraces. Ced la re- Jí marque que fait Ovide diſant, //,\t^ «*wí»í , dit-il, au fonds de leuram,\t» pensées contagieuſes. Ce [ont de] \ ( t_Animaux venimeux , ſans r/ti< \ avantage quelconque. Qvfy at>d donc de plus dangereux nnc r<*rn> mm. mune Ennemie di vie , qui ne fe foucie point de le faire du tort a foy-mefme , pour- nourrit de chair de Viperes-, pout montrer par là, qu’elle fait ſes plus cheres delices des infortunes d’au- truy. Les ſcrpens ayans ccia de par- ticulier pardeífus tóus les autres Animaux nuiíibles , que plus ils fe nourrifſcnt de venin, &plus ils ſon & fins jttgementpcſent contre cetix qui ſont bien dans leurs ajfaires j mì- •vomìſſent contrcux tout leurſel, & qui n’en retirent toutesfois ny prqfitny cette cxecrable veu qu’elle puiífe nuire generale- ment à tout le monde. Auffi ne feint-on pas ſans ſujet , qu’elle ſe