Page:Beaugrand - Jeanne la fileuse, 1878.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Le brave instituteur ne se fit pas prier, et après avoir rajusté ses lunettes et toussé pendant trois fois, il recommanda un silence absolu et prit la parole en ces termes :


V.

LE FANTÔME DE L’AVARE.

Pendant qu’un vent glacé pleurait dans le grand orme,
La porte s’entr’ouvrit, puis une étrange forme
S’avança lentement parmi les invités :
—  « Mon frère ne sait point que les cieux irrités
« Punissent le chrétien qui ne fait pas l’aumône, »
Dit le nouveau venu, relevant son front jaune.

(LES VENGEANCES. – L. P. Le May.)

« Vous connaissez tous, vieillards et jeunes gens, l’histoire que je vais encore une fois vous raconter. La morale de ce récit, cependant, ne saurait