Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/138

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CXIII

[1628]Marsilies veit de sa gent le martirie,
Si fait suner ses cors e ses buisines,
Puis si chevalchet od sa grant ost banie.
1470 [1631]Devant chevalchet un Sarrazin, Abisme :
Plus fel de lui n’out en sa cumpagnie.
Teches ad males e mult granz felonies ;
Ne creit en Deu, le filz seinte Marie ;
Issi est neirs cume peiz ki est demise ;
1475 [1636]Plus aimet il traïsun e murdrie
Qu’il ne fesist trestut l’or de Galice ;
Unches nuls hom nel vit juer ne rire.
Vasselage ad e mult grant estultie :
Por ço est drud al felun rei Marsilie ;
1480 [1641]Sun dragun portet a qui sa gent s’alient.
Li arcevesque ne l’amerat ja mie ;
Cum il le vit, a ferir le desiret.
Mult quiement le dit a sei meïsme :
« Cel Sarrazin me semblet mult herite ;
1485 [1646]Mielz est mult que jo l’alge ocire.
Unches n’amai cuard ne cuardie. » AOI.

CXIV

Li arcevesque cumencet la bataille.
Siet el cheval qu’il tolit a Grossaille,
Ço ert uns reis qu’il ocist en Denemarche.
1490 [1651]Li destrers est e curanz e aates,
Piez a copiez e les gambes ad plates,
Curte la quisse e la crupe bien large,
Lungs les costez e l’eschine ad ben halte,