Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/166

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CXXXIX

Par grant irur chevalchet li reis Charles ;
Desur sa brunie li gist sa blanche barbe.
Puignent ad ait tuit li barun de France ;
1845N’i ad icel ne demeint irance
Que il ne sunt a Rollant le cataigne,
Ki se cumbat as Sarrazins d’Espaigne,
Si est blecet, ne quit qu’anme i remaigne.
Deus ! quels seisante humes i ad en sa cumpaigne !
1850Unches meillurs n’en out reis ne cataignes. AOI.

CXL

Rollant reguardet es munz e es lariz ;
De cels de France i veit tanz morz gesir,
E il les pluret cum chevaler gentill :
« Seignors barons, de vos ait Deus mercit !
1855Tutes voz anmes otreit il pareïs !
En seintes flurs il les facet gesir !
Meillors vassals de vos unkes ne vi.
Si lungement tuz tens m’avez servit,
A oes Carlon si granz païs cunquis !
1860Li empereres tant mare vos nurrit !
Tere de France, mult estes dulz païs,
Oi desertet [a tant rubostl exill].
Barons franceis, pur mei vos vei murir :
Jo ne vos pois tenser ne guarantir ;
1865Aït vos Deus, ki unkes ne mentit !
Oliver frere, vos ne dei jo faillir.
De doel murra, s’altre ne m’i ocit.
Sire cumpainz, alum i referir ! »