Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/218

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Urs e leuparz les voelent puis manger,
Serpenz e guivres, dragun e averser.
Grifuns i ad, plus de trente millers,
2545N’en i ad cel a Franceis ne sagiet.
E Franceis crient : « Carlemagne, aidez ! »
Li reis en ad e dulur e pitet ;
Aler i volt, mais il ad desturber :
Devers un gualt uns granz leons li vient,
2550Mult par ert pesmes e orguillus e fiers,
Sun cors meïsmes i asalt e requert
E prenent sei a braz ambesdous por loiter ;
Mais ço ne set liquels abat ne quels chiet.
Li emperere n’est mie esveillet.

CLXXXVI

2555Après icel li vien un’altre avisiun,
Qu’il ert en France, ad Ais, a un perrun,
En dous chaeines si teneit un brohun.
Devers Ardene veeit venir .XXX. urs,
Cascun parolet altresi cume hum,
2560Diseient li : « Sire, rendez le nus !
Il nen est dreiz que il seit mais od vos ;
Nostre parent devum estre a sucurs. »
De sun paleis uns veltres i acurt :
Entre les altres asaillit le greignur
2565Sur l’erbe verte, ultre ses cumpaignuns.
La vit li reis si merveillus estur ;
Mais ço ne set liquels veint ne quels nun.
Li angles Deu ço ad mustret al barun.
Carles se dort tresqu’al demain, al cler jur.