Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/220

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CLXXXVII

2570Li reis Marsilie s’en fuit en Sarraguce.
Suz un’ olive est descendut en l’umbre.
S’espee rent e sun elme e sa bronie ;
Sur la verte herbe mult laidement se culcet ;
La destre main ad perdue trestute ;
2575Del sanc qu’en ist se pasmet e angoiset.
Dedevant lui sa muiller Bramimunde
Pluret e criet, mult forment se doluset,
Ensembl’ od li plus de .XX. mil humes,
Si maldient Carlun e France dulce.
2580Ad Apolin en curent en une crute,
Tencent a lui, laidement le despersunent :
« E ! malvais deus, por quei nus fais tel hunte ?
C’est nostre rei por quei lessas cunfundre ?
Ki mult te sert, malvais luer l’en dunes ! »
2585Puis si li tolent sun sceptre e sa curune,
Par les mains le pendent sur une culumbe,
Entre lur piez a tere le tresturnent,
A granz bastuns le batent e defruisent ;
E Tervagan tolent sun escarbuncle
2590E Mahumet enz en un fosset butent
E porc e chen le mordent e defulent.

CLXXXVIII

De pasmeisuns en est venuz Marsilies,
Fait sei porter en sa cambre voltice ;
Plusurs culurs i ad peinz e escrites ;
2595E Bramimunde le pluret, la reïne,
Trait ses chevels, si se cleimet caitive,