Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/222

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


A l’altre mot mult haltement s’escriet :
« E ! Sarraguce, cum ies oi desguarnie
Del gentil rei ki t’aveit en baillie !
2600Li nostre deu i unt fait felonie,
Ki en bataille oi matin le faillirent.
Li amiralz i ferat cuardie,
S’il ne cumbat a cele gent hardie
Ki si sunt fiers n’unt cure de lur vies.
2605Li emperere od la barbe flurie
Vasselage ad e mult grant estultie ;
S’il ad bataille, il ne s’en fuirat mie.
Mult est grant doel que nen est ki l’ociet. »

CLXXXIX

Li emperere par sa grant poestet
2610.VII. anz tuz plens ad en Espaigne estet ;
Prent i chastels e alquantes citez.
Li reis Marsilie s’en purcacet asez :
Al premer an fist ses brefs seieler,
En Babilonie Baligant ad mandet,
2615Ço est l’amiraill, le viel d’antiquitet,
Tut survesquiet e Virgilie e Omer ;
En Sarraguce alt sucurre li ber
E, s’il nel fait, il guerpirat ses deus
E tuz ses ydeles que il soelt adorer,
2620Si recevrat seinte chrestientet,
A Charlemagne se vuldrat acorder.
E cil est loinz, si ad mult demuret ;
Mandet sa gent de .XL. regnez,
Ses granz drodmunz en ad fait aprester,