Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/312

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Laisum le plait e si preium le rei
3800Que Guenelun cleimt quite ceste feiz,
Puis si li servet par amur e par feid.
Morz est Rollant, ja mais nel revereiz ;
N’ert recuvret por or ne por aveir :
Mult sereit fols ki... se cumbatreit. »
3805N’en i ad celoi nel graant e otreit,
Fors sul Tierri, le frere dam Geifreit. AOI.

CCLXXVI

A Charlemagne repairent si barun ;
Dient al rei : « Sire, nus vos prium
Que clamez quite le cunte Guenelun,
3810Puis si vos servet par feid e par amor.
Vivre le laisez, car mult est gentilz hoem.
Ja por murir n’en ert veüd gerun,
Ne por aveir ja nel recuverum. »
Ço dist li reis : « Vos estes mi felun. » AOI.

CCLXXVII

3815Quant Carles veit que tuz li sunt faillid,
Mult l’enbrunchit e la chere e le vis,
Al doel qu’il ad si se cleimet caitifs.
Ais li devant uns chevalers, Tierris,
Frere Gefrei, a un duc angevin.
3820Heingre out le cors e graisle e eschewid,
Neirs les chevels e alques bruns le vis ;
N’est gueres granz ne trop nen est petiz.
Curteisement a l’emperere ad dit :
« Bels sire reis, ne vos dementez si !
3825Ja savez vos que mult vos ai servit.