Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/324

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


.XXX. en i ad d’icels ki sunt pendut.
Ki hume traïst sei ocit e altroi. AOI.

CCLXXXIX

3960Puis sunt turnet Bavier e Aleman
E Peitevin e Bretun e Norman.
Sor tuit li altre l’unt otriet li Franc
Que Guenes moerget par merveillus ahan.
Quatre destrers funt amener avant,
3965Puis si li lient e les piez e les mains.
Li cheval sunt orgoillus e curant :
Quatre serjanz les acoeillent devant
Devers un’ ewe ki est en mi un camp.
Guenes est turnet a perdiciun grant ;
3970Trestuit si nerf mult li sunt estendant
E tuit li membre de sun cors derumpant :
Sur l’erbe verte en espant li cler sanc.
Guenes est mort cume fel recreant.
Hom ki traïst altre nen est dreiz qu’il s’en vant.

CCXC

3975Quant li empereres ad faite sa venjance,
Sin apelat ses evesques de France,
Cels de Baviere e icels d’Alemaigne :
« En ma maisun ad une caitive franche.
Tant ad oït e sermuns e essamples
3980Creire voelt Deu, chrestientet demandet.
Baptizez la, pur quei Deus en ait l’anme. »
Cil li respundent : « Or seit fait par marrenes ! »
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .