Page:Belin - Le palais des thermes et l’hôtel de Cluny.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
43

sin[1]. Un pilier rond, élevé dans le milieu, en soutient toute la voûte, très-chargée de sculpture, et c’est de ce pilier que naissent toutes ses arêtes. Contre les murs sont placées par groupes, en forme de mausolées, les figures de toute la famille de Jacques d’Amboise, entre autres du cardinal. La plupart sont à genoux, avec les habillemens de leur siècle, très-singuliers et bien sculptés. L’autel est placé contre le mur sur le jardin, qui est ouvert dans le milieu par une demi-tourelle en saillie, fermée par de grands vitraux, dont les vitres, assez bien peintes, répandent beaucoup d’obscurité. Au dedans de cette tourelle, devant l’autel, on voit un groupe de quatre figures de grandeur naturelle, où la Sainte-Vierge

  1. Comme le fait fort bien observer M. Dusommerard dans sa notice, cette remarque de Piganiol porte avec elle sa date (1765).