Page:Benoit L Atlantide.djvu/186

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


il. — Ah ! si Dom Granger était ici ! Voyez : de l’écriture semi-onciale.

Je ne répondis pas. Sur la table, à côté du manuscrit, un objet avait immédiatement fixé mon attention. C’était une bague d’orichalque, identique à celle qu’Antinéa m’avait remise la veille, et à celle qu’elle-même portait.

Morhange sourit.

— Eh bien ? — dis-je.

— Eh bien ?

— Vous l’avez vue ?

— Je l’ai vue effectivement, — répondit Morhange.

— Elle est bien belle, n’est-ce pas ?

— La chose me paraît difficile à contester, — répondit mon compagnon. — Je crois même pouvoir affirmer qu’elle est aussi intelligente que belle.

Il y eut un silence. Morhange, très calme, faisait tourner entre ses doigts l’anneau d’orichalque.

— Vous savez quel doit être notre destin ici ? — demandai-je.

— Je le sais. M. Le Mesge nous l’a expliqué hier en termes discrets et mythologiques. C’est évidemment une très extraordinaire aventure.

Il se tut, puis, me regardant bien en face :

— Mon repentir est immense de vous y avoir entraîné. Une seule chose pourrait l’adoucir, c’est de voir que vous prenez assez facilement, depuis hier soir, votre parti de tout cela.

Où Morhange avait-il puisé cette science du