Page:Bergerat - Contes de Caliban, 1909.djvu/102

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ou un bâton de chaise. Le peu qu’il y avait en lui d’artiste s’était noyé dans l’indigo du Grand Canal et le vermillon du Palais des Doges. Il s’en plaignait tristement à ce farceur de Saintonge, le jour même de sa mésaventure, au dîner mensuel de la société.

— Qu’est-ce que je vais faire maintenant ?

— Mon cher, on a attribué pendant cent ans et on attribue encore, à dire d’expert, tous les tableaux de Guardi au Canaletti. Qu’est-ce que ça te fait d’être pris pour Ziem, je te demande un peu !

— Mais c’est Ziem qu’on prend pour moi. Ça, je ne veux pas !

— Pourquoi, alors, ne tenterais-tu pas de l’orientalisme ? Là, tu ne feras du tort à personne et les chameaux sont à tout le monde.

— Je ne sais pas faire les chameaux.

— J’ai pourtant vu de toi des gondoles !… Tu t’exagères les différences. Les chameaux ou les gondoles !… Tiens, c’est à peu près la même forme !

Et Saintonge, avec un bout de crayon essayait de démontrer sur le mur cette absurdité désolée.

Nous avons dit que Lazoche était marié : sa femme et lui formaient bien le ménage le plus