Page:Bergerat - Contes de Caliban, 1909.djvu/105

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


de contrefaçon qui le rendaient complice d’un vol véritable, il ne put s’y décider. Selon le conseil de Saintonge, il tenta de l’orientalisme ; mais aucun marchand ne voulut de ses chameaux, même sans signature : on les trouvait, poliment, trop personnels. Alors, il fit des fleurs, mais quelles fleurs, grand Dieu ! Les plus indulgents les prenaient pour des feux d’artifice. Un marchand lui écrivait : « J’ai attentivement regardé le bouquet que vous m’avez envoyé ; c’est sans doute le bouquet du 14 Juillet que vous avez voulu représenter. Croyez-en, monsieur, ma vieille expérience ; il est des choses que la peinture ne peut pas rendre ; les feux d’artifice et les feux de peloton sont de ce nombre. J’ai l’honneur de vous saluer. »

Enfin, le hasard vint en aide au déplorable Lazoche, et lui fit découvrir à la fois sa voie artistique et la fortune. Un matin, on heurta à sa porte.

Lazoche, qui n’attendait personne et auquel son concierge ne montait jamais ses lettres, hésita d’abord à ouvrir, craignant ce que les bohèmes appellent, depuis Pyrrhus, une tuile.

— Monsieur Galoix, fit une voix timide.

A ce nom bien connu, Lazoche jeta vite la couverture sur la baignoire où la paresseuse