Page:Bergerat - Contes de Caliban, 1909.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


qui, pendant le bombardement, monta jusqu’à la blague. C’est la caractéristique de nos insurrections françaises. Or, l’abbé Garbut mourait en chrétien et nos deux titis, mauvais clercs en choses de la foi, se labouraient l’entendement pour imaginer ce que pouvait encore souhaiter le pauvre serviteur de Dieu, qui avait été très doux pour eux, pendant les quinze jours « rasants » de la catéchisation.

— Ça y est, j’y suis, fit tout à coup Bibi, viens, oust, et pas accéléré !

Et il entraîna Coco à la course. La troupe, longeant les boutiques closes, arrivait sous les arbres de l’avenue. Un officier, suivi de son peloton, se hâtait vers le prêtre. Il vit les deux voyous se glisser dans l’église, et se doutant bien à qui il avait affaire, il dépêcha quatre hommes à la garde des issues, puis s’occupa du mourant, dont l’âme palpitait et battait des ailes pour le grand voyage.

Comme il n’y avait pas d’ambulances pour les blessés de la guerre civile, on souleva l’abbé à bras d’hommes, pour le transporter à une pharmacie voisine, lorsque, sur le seuil du porche, le couple des mômes reparut.

L’un et l’autre portaient sous la vareuse un objet dissimulé qui la gonflait. Se coulant entre