Page:Bergerat - Contes de Caliban, 1909.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


les jambes des sentinelles, ils s’élancèrent à travers la place et tombèrent chez le pharmacien.

— Voilà votre bon Dieu, m’sieu Garbut, c’est-il ça que vous vouliez ?

Et Bibi montra le saint ciboire, et Coco montra les burettes.

Ils avaient, non sans effraction, sans doute, ouvert le tabernacle.

Le vénérable prêtre, agonisant, les vit, les entendit. Une larme lui perla aux paupières, et, dans le mouvement qu’il fit pour les bénir, il expira. J’ai idée qu’aux pieds de la Vierge, il plaide encore les circonstances atténuantes du sacrilège.