Page:Bergerat - Contes de Caliban, 1909.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


plaires et sans gloire où la Salente démocratique salue son idéal de bonheur plat, à deux. Neutres à l’envi, le citoyen Paul Legris et Marie Barbier, son épouse, ne se signalaient, au physique ou au moral, par aucun de ces dons d’exception dont la nature s’obstine, en dépit du cordeau des lois, à marquer ses martyrs d’élite, afin que la société les reconnaisse. Elle, ni jolie ni laide, d’un blond dédoré, assez bien faite, si le mannequin de bourre des essayeuses est un modèle de forme féminine, les yeux de cet azur dormant que les peintres appellent le bleu bête, elle avait la bouche d’un bel arc et vraiment cupidonienne. Cette bouche, son attrait, et dont le carmin était lustré par la rosée du souffle, n’était pas plus faite pour rester close au baiser, évidemment, que l’œillet d’Inde ne l’est pas pour se soustraire au dard de l’abeille. Les connaisseurs ne s’y méprenaient guère, et Mme Legris était, en conséquence, fort suivie dans ses courses et balades.

De lui, je ne vous dirai rien ; n’ayant, j’ai beau chercher, rien à vous en dire. On ne sait pas pourquoi le Père Eternel décroche du néant certains hommes, qui s’y trouvaient comme chez eux, pour les envoyer sur la boule tournante. Peut-être est-ce par pitié pour le suffrage