Page:Bergerat - Contes de Caliban, 1909.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


mantes femmes de son temps, et je n’hésite pas à ajouter : l’une des plus honnêtes. Mariée, en effet, à l’absurde Arpajou, homme vulgaire, bête et sensible, dont elle n’avait même pas obtenu d’enfants, elle l’avait bientôt pris en réelle aversion. Tout sur la terre et dans les cieux enseigne que le mariage est, sans la fécondité qui l’excuse, une mauvaise blague de notaires, et vraiment une oeuvre de mort. La nature intervint et Delphine aima. Il était temps. Elle atteignait à la trentaine. Ma vieille amie Delphine aima un brave et beau garçon, très doux et très fort, riche aussi et intelligent, qui s’en vint à l’adorer. Une liaison se noua, si fatale, si franche, tranchons le mot, si naturelle, que le confesseur lui-même de la dame ne put que l’en absoudre chaque semaine. C’était là vraiment le minimum de l’adultère, devant le bon Dieu. Du reste, la passion de ces deux êtres charmants l’un pour l’autre montait de jour en jour à l’inassouvissable et passait les rêves de poètes. Anacréon s’y noyait dans le lac de Lamartine.

Qui l’eût cru ? Arpajou, lui aussi, aimait sa femme. Mari stupide, il ressentait sa honte et remâchait son malheur. Dépossédé d’un bien sur lequel il s’arrogeait vingt droits légitimes et qu’il ne partageait même plus avec son vo-