Page:Bergerat - Contes de Caliban, 1909.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


leur, il ne put résister à son réel martyre, il tua l’amant de sa femme. Un duel fut le prétexte de cet assassinat. A dater du jour où elle n’eut plus cet amant pour vivre, Delphine cessa pour ainsi dire d’être femme. Elle ne descella plus les lèvres. Muette, fantômatique, hagarde, elle vieillissait chaque jour d’un an, et le triste Arpajou trépassa de douleur à son tour sans avoir réentendu la voix, sans avoir revu le regard de l’implacable désolée.

Ce fut alors que, doublement veuve, Delphine versa dans la dévotion et, selon le mot de son directeur de conscience, s’abîma en Dieu. Mais la piété entraîne au mysticisme, et l’on sait que, du domaine de la foi au domaine des sciences occultes, la limite flotte indécise. C’est au pied des autels flamboyants, dans les confessionnaux chuchotants, parmi les aromates hallucinatoires et sous le vent des orgues que les doctrinaires de la psychomancie recrutent le plus grand nombre de leurs prosélytes. Et l’heure sonna au cadran de la logique où ma vieille amie Mme Arpajou se mit, au sortir des offices et communion reçue, à faire tourner des tables. Je la rencontrai à cette époque. Curieux de frotter mon scepticisme aux phénomènes de l’au-delà, je hantais dans le monde spirite. En