Page:Bergerat - Contes de Caliban, 1909.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


L’ÉTRANGLÉ HILARE


L’histoire n’est pas seulement véridique, elle est vraisemblable ; mais je ne me dissimule pas que, pour la bien narrer, il y faudrait un de ces ironistes d’élite, héritier de Jonathan Swift, de Mark Twain et de notre Villiers de l’Isle-Adam. Qu’on m’excuse de m’essayer à leur manière. Ce conte justifie l’audace.

Lorsqu’à l’arrivée en gare du train 1227, qui est express s’il en fut, le surveillant préposé à la revue des wagons trouva, dans le compartiment 184, un voyageur visiblement feu, défunt et, tranchons le mot, étranglé, il eût fallu la collaboration idéale d’Alphonse Allais, de George Auriol, de Tristan Bernard et de Jean Goudeszki pour dépeindre la stupeur de ce fonctionnaire. Le mort était resté dans une attitude