Page:Bernanos - Journal d’un curé de campagne.djvu/344

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
334
JOURNAL

pâli. Le regard du docteur ne quittait pas le mien, j’y lisais la confiance, la sympathie, je ne sais quoi encore. C’était le regard d’un ami, d’un compagnon. Sa main s’est appuyée de nouveau sur mon épaule. — « Nous irons consulter Grousset, mais pour être franc, je ne crois guère opérable cette saleté-là. Je m’étonne même que vous ayez tenu si longtemps. La masse abdominale est volumineuse, l’empâtement considérable, et je viens de reconnaître sous la clavicule gauche un signe malheureusement très sûr, ce que nous appelons le ganglion de Troizier. Notez que l’évolution peut être plus ou moins lente, bien que je doive dire qu’à votre âge… » — « Quel délai me donnez-vous ? » Il s’est encore sûrement mépris car ma voix ne tremblait pas. Hélas ! mon sang-froid n’était que stupeur. J’entendais distinctement le roulement des tramways, les coups de timbre, j’étais déjà par la pensée au seuil de cette maison funèbre, je me perdais dans la foule rapide… Que Dieu me pardonne ! Je ne songeais pas à Lui… — « Difficile de vous répondre. Cela dépend surtout de l’hémorragie. Elle est très rarement fatale, mais sa répétition fréquente… Bah ! qui sait ? Lorsque je vous conseillais tout à l’heure de reprendre tranquillement vos occupations, je ne jouais pas la comédie. Avec un peu de chance, vous mourrez debout, comme ce fameux empereur, ou presque. Question de moral. À moins que… » — « À moins que ?… » — « Vous êtes tenace, m’a-t-il dit, vous auriez fait un bon méde-