Page:Bernanos - Journal d’un curé de campagne.djvu/350

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
340
JOURNAL

tant lu. Peut-être même qu’un jour… J’ai là des notes très intéressantes, très vécues. Nous reparlerons de cela. Jadis, il me semble, tu ne tournais pas mal l’alexandrin ? Tes conseils me seront précieux. »

Je l’ai vu un moment après, par la porte entre-bâillée, se glisser vers l’escalier, une boîte à lait dans la main. Je suis resté de nouveau seul avec… Mon Dieu, c’est vrai que j’aurais choisi volontiers une autre mort ! Des poumons qui fondent peu à peu comme un morceau de sucre dans l’eau, un cœur exténué qu’on doit provoquer sans cesse, ou même cette bizarre maladie de M. le docteur Laville, et dont j’ai oublié le nom, il me semble que la menace de tout cela doit rester un peu vague, abstraite… Au lieu qu’en portant seulement la main par-dessus ma soutane à la place où se sont attardés si longtemps les doigts du docteur, je crois sentir… Imagination, probablement ? N’importe ! J’ai beau me répéter qu’il n’y a rien de changé en moi depuis des semaines, ou presque, la pensée de rentrer chez moi avec… avec cette chose enfin, me fait honte, m’écœure. Je n’étais déjà que trop tenté de dégoût vis-à-vis de ma propre personne, et je sais le danger d’un tel sentiment qui finirait par m’enlever tout courage. Mon premier devoir, au début des épreuves qui m’attendent, devrait être sûrement de me réconcilier avec moi-même…

J’ai beaucoup réfléchi à l’humiliation de ce matin. Je crois qu’elle est due plutôt à une