Page:Bernanos - Journal d’un curé de campagne.djvu/359

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
349
D’UN CURÉ DE CAMPAGNE

là. Ça n’est pas son idée que nous causions, il m’avait bien recommandé en partant de vous dire que j’étais une voisine. » Elle s’est assise sur une chaise basse. — « Vous devez avoir bien mauvaise opinion de moi, la chambre n’est même pas faite, tout est sale. C’est que je pars au travail le matin très tôt, à cinq heures. Et je ne suis pas non plus bien forte, comme vous voyez… » — « Vous êtes infirmière ? » — « Infirmière ? Pensez-vous ! J’étais fille de salle, là-bas, au sana, quand j’ai rencontré M… Mais ça vous étonne sans doute, que je l’appelle M. Louis, puisque nous sommes ensemble ? » Elle a baissé la tête, feignant de refaire les plis de sa pauvre jupe. — « Il ne voit plus aucun de ses anciens… de ses… enfin de ses anciens camarades, quoi ! Vous êtes le premier. D’une manière, je me rends bien compte que je ne suis pas faite pour lui. Seulement, que voulez-vous, au sana, il s’est cru guéri, il s’est fait des idées. Question religion, je ne vois pas de mal à vivre mari et femme, mais il avait promis, paraît-il, pas vrai ? Une promesse est une promesse. N’importe ! à l’époque, je ne pouvais pas lui causer d’une chose pareille d’autant plus que… excusez… je l’aimais. »

Elle a prononcé le mot si tristement que je n’ai su que répondre. Nous avons rougi tous les deux.

« Il y avait une autre raison. Un homme instruit comme lui, ça n’est pas facile à soigner, il en sait autant que le docteur, il