Page:Bertrand - Sanguis martyrum, 1918.djvu/256

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


jardins, celle qui touchait à la propriété de Roccius Félix, il tomba dans un rassemblement de populaire, une cohue de mendiants et de gens sans aveu, venus sans doute de Cirta, qui vociféraient et lançaient des pierres contre la clôture. Des cris significatifs dominaient le tumulte :

« Mort aux athées !… Mort aux sacrilèges ! »

Des esclaves de Roccius, que Cécilius reconnut en passant, excitaient ces gueux de la parole et du geste. A l’aspect du « clarissime seigneur », ceux-ci se turent subitement, cachèrent sous les plis de leurs manteaux et laissèrent tomber sournoisement les pierres qu’ils avaient ramassées. Quelques-uns, retroussant leurs guenilles, prirent leur course et disparurent derrière des buissons. La mine hautaine, le regard assuré, Cécilius traversa les groupes hostiles. Il se rappela soudain que le diacre Jacques et Marien, le lecteur, habitaient précisément de l’autre côté de la muraille, dans le petit pavillon inoccupé, où, depuis le commencement de la persécution, il leur avait donné l’hospitalité. C’était contre eux sûrement que la canaille était ameutée… peut-être aussi contre lui-même. Rien de plus vraisemblable. Tout le monde savait qu’il était chrétien. Ces choses devaient s’accomplir. D’ailleurs, il y était préparé…

En descendant de cheval, il trouva le vieux Trophime dans un grand émoi. L’écuyer, homme sage et d’expérience, chrétien de foi sérieuse et d’esprit pondéré, réprouvait par principe tout excès de zèle. Sans dissimuler sa mauvaise humeur, il dit tout de suite à Cécilius :

« Maître, tu as vu ces bandits qui nous lapident ? C’est la faute de Jacques : il finira par se faire arrêter et par te compromettre toi-même, pour ne rien dire de plus !… Je t’assure, il devient un danger pour nous. Si tu m’en crois, tu l’éloigneras d’ici, tu l’enverras, lui et Marien, dans une de tes villas du Sud, ou bien dans les montagnes… »

Et, avec force récriminations contre une telle impru-