Page:Bertrand - Sanguis martyrum, 1918.djvu/278

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


talis, coupable de rébellion envers les Empereurs et d’impiété envers les dieux, convaincu de superstition étrangère et persévérant dans son erreur, s’entendit condamner aux mines pour un laps de dix ans : c’était la mort lente, mais certaine, dans un délai plus ou moins rapproché, après des épreuves et des tortures épouvantables. En même temps, Marien, le lecteur, qui avait survécu par miracle à ses horribles blessures, fut condamné à la peine capitale. Considéré comme prêtre malgré ses dénégations, il devait avoir la tête tranchée, à Lambèse, avec le diacre Jacques. On avait différé leur exécution, parce que les prisons étaient bondées et que les bourreaux ne suffisaient pas à leur tâche. Déjà, pour faire de la place dans la prison de Cirta, on venait de massacrer d’un seul coup les soixante réfugiés capturés à Muguas. Les enfants eux-mêmes n’avaient pas été épargnés. On les avait précipités dans le lit de l’Amsaga du haut d’un rocher qui surplombe les gorges et qui, depuis la plus haute antiquité, servait à ce genre de supplice.

Le lendemain du jugement, à la pointe de l’aube, Cécilius et ses compagnons de chaînes, conduits par un peloton de légionnaires à cheval, partirent pour Lambèse et Sigus. Jacques et Marien venaient en tête, puis, avec Cécilius, Flavien de Tigisi, qui avait été dégradé et condamné aux mines, lui aussi. Des malfaiteurs de droit commun, au nombre d’une cinquantaine, fermaient la marche. C’était par un froid matin d’automne : il y avait de la glace dans les rues, au creux des pavés. Cécilius, déjà très affaibli par le régime de la prison, claquait des dents et frissonnait sous son manteau troué. Il était triste et abattu. Une détresse immense l’envahissait. Birzil le laissait sans nouvelles et Marcus Martialis n’avait point reparu… Cependant, Jacques, qui, comme toujours, débordait d’allégresse et de foi, s’efforçait de le consoler. Il inventait, pour l’égayer, mille propos joyeux. Mais Cécilius secouait la tête d’un air désespéré.

Lorsqu’ils parvinrent au pont de pierre qui enjambe