Page:Bilhaud - Solo de flûte, 1904.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 10 —

qui arrive à exprimer un duo par un solo… c’est toujours ça !… Deux jeunes gens s’aiment et ont un premier tête-à-tête, ce qui est exprimé par la note de tout à l’heure. — Il doit y avoir ici des personnes qui ont eu un premier tête-à-tête ?… Non, ne répondez pas, je ne veux pas embarrasser ces personnes-là, mais elles peuvent certifier que le premier moment d’une telle situation est toujours difficile… gênant… et pendant quelques minutes on ne dit rien… il y a un silence… or, ce silence est parfaitement rendu, je crois, par celui qui commence le morceau. — Du reste, je vais vous le rejouer. (Même jeu que plus haut)

La situation est donc bien établie, et en peu de notes. Mais nos amoureux sont timides, et le silence se prolonge, ce qui est admirablement exprimé par le… point d’orgue placé sur le silence. — Je vais faire le point d’orgue… en reprenant du commencement… vous allez sentir la nuance. Tenez — voici le silence de tout à l’heure. (Même jeu que plus haut.) Le voici maintenant avec le point d’orgue. (Même jeu un peu plus prolongé.) C’est un peu plus long, voilà tout… on peut le prolonger autant qu’on a du souffle… c’est une question de poumons tout simplement. N’est-ce pas que ce n’est pas banal ?

Ah ! comme je regrette que vous ne m’ayez pas entendu, il y a un an !… j’étais bien plus fort qu’aujourd’hui !… je n’avais pas cette flûte, c’était une autre, mais je l’ai perdue dans une partie de bateau. J’en ai été très contrarié, car j’étais habitué à cette