Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/198

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


veux ? Les expériences nombreuses de Mosso et de ses élèves, ainsi que celles de Waller, décident cette question dans le sens affirmatif.

On peut produire un mouvement de flexion du médius en excitant, par un courant électrique, le muscle directement ou le nerf moteur qui y aboutit. Or, si on fait des soulèvements volontaires de poids jusqu’à épuisement complet, il est encore possible d’obtenir des soulèvements par l’excitation électrique ; inversement, si le muscle est épuisé par les excitations électriques, on peut encore soulever le poids par des contractions volontaires. De plus, si après avoir fait quelques soulèvements volontaires, on produit un certain nombre de soulèvements par l’excitation électrique et qu’ensuite on fasse de nouveau des mouvements de flexion volontaire, ces derniers mouvements seront plus intenses que les soulèvements avant les contractions électriques, par conséquent la volonté s’est reposée pendant que le muscle travaillait sous l’influence des excitations électriques. L’inverse n’a pas lieu ; une série de soulèvements volontaires intercalés entre deux séries de soulèvements électriques n’augmente pas la force de ces derniers ; enfin il n’est pas possible d’obtenir par une excitation électrique une force de soulèvement aussi grande que par la volonté. Tous ces résultats semblent montrer qu’on doit séparer, dans l’acte de soulèvement d’un poids, d’une part l’action du muscle, et d’autre part cette action nerveuse centrale que l’on désigne par le nom d’impulsion volontaire.

L’hypothèse de Krœpelin et Hoch n’est donc pas, comme on le voit, présentée sans arguments ; seulement, comme l’importance de la question est très grande, on ne peut pas se décider à admettre une hypothèse aussi générale à la suite d’expériences faites sur un petit nombre de sujets. Il serait intéressant de poursuivre ces recherches, de modifier les différentes conditions d’expérience et surtout de faire les expériences sur beaucoup de sujets.