Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/210

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


importantes sont les reins ; la fonction de ces glandes consiste surtout à laisser passer à travers leurs parois les substances nuisibles entraînées par le sang ; c’est ainsi que par filtration à travers les parois des reins s’accumulent la plupart des composés chimiques renfermés dans l’urine. On comprend donc facilement que si une cause quelconque produit dans l’organisme une accumulation d’une certaine substance, cette substance apparaîtra, soit sous une forme pure, soit sous forme de composé, dans l’urine ; on pourra donc, par l’examen de l’urine, constater la production dans l’organisme de ladite substance. En somme, toute variation de la composition de l’urine indique une variation dans les échanges nutritifs de certains organes. L’analyse de l’urine pourra donc servir à constater une modification produite sur les échanges nutritifs.

Le deuxième procédé d’étude consiste donc à analyser l’urine, soit à des jours de repos, soit à des jours de travail intellectuel, et à observer les différences de composition qui dépendent de ces conditions.

Ce procédé a été employé par plusieurs auteurs depuis 1853, mais les résultats obtenus par des auteurs différents ne concordent pas entre eux ; souvent même il y a des contradictions évidentes. Ces différences dans les résultats tiennent à la difficulté de rendre les conditions d’expérience bien égales ; en effet, une des premières difficultés est l’alimentation ; le genre et la quantité d’aliments que l’on prend influent beaucoup sur la composition de l’urine ; il faut donc choisir un certain régime bien déterminé et se soumettre pendant plusieurs jours à ce régime alimentaire. Le choix de ce régime est très difficile, il faut qu’il ne soit ni trop abondant ni insuffisant ; on a cru voir une preuve que la quantité d’aliments correspond exactement aux besoins de l’organisme, lorsque le poids du corps reste constant pendant toute la durée de l’expérience ; mais il est évident que c’est une preuve bien incertaine, ce n’est qu’une indication approximative.