Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/211

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Chaque auteur, en se soumettant aux expériences, a choisi un régime alimentaire différent ; on devait donc s’attendre à obtenir des résultats variant d’un auteur à l’autre. Une seconde cause de variabilité des résultats est le nombre trop faible d’individus soumis aux expériences. En général, chaque auteur n’a fait les expériences que sur lui-même, pour la raison bien simple qu’il est difficile d’exiger de quelqu’un qu’il se soumettre à un régime alimentaire particulier pendant une série de jours, qu’il travaille à certains jours et se repose à d’autres.

Passons rapidement en revue les résultats obtenus par les différents auteurs.

Mosler [1] a fait le premier des expériences sur l’influence produite par un travail intellectuel sur la composition des urines ; il se soumit à un régime alimentaire uniforme et trouva que sous l’influence d’un travail intellectuel l’acide phosphorique de l’urine augmente considérablement ; c’est surtout l’acide phosphorique uni aux terres qui augmente de quantité.

Hammond [2] reprit les expériences, il se soumit pendant dix jours à un régime spécial ; il trouva que sous l’influence du travail intellectuel la quantité totale de l’urine augmente ; de plus la composition de l’urine change : l’urée, le chlorure de sodium, l’acide phosphorique et l’acide sulfurique augmentent de quantité.

Byasson [3] refit avec soin les expériences ; on peut dire que c’est le premier auteur qui ait étudié soigneusement la question de l’influence produite par le travail intellectuel et physique sur la sécrétion urinaire.

Les expériences ont été faites pendant neuf jours de suite ; le régime alimentaire régulier auquel l’auteur s’était soumis comprenait par jour 1 500 centimètres cubes d’eau

  1. Mosler. Beiträge zur Kenntniss der Urinabsonderung bei gesunden, schwangeren und kranken Personen. Dissertat. Giessen, 1853.
  2. Hammond. American Journ. of med. Sciences. 1856.
  3. Byasson. Essai sur la relation qui existe à l’état physiologique entre l’activité cérébrale et la composition des urines. Thèse de Paris, 1808.