Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/218

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quantité d’azote diminue sous l’influence du travail intellectuel, celle de l’acide phosphorique uni aux alcalis diminue un peu, celle de l’acide phosphorique uni aux terres augmente un peu.

Enfin, l’auteur s’est soumis aussi à un régime de diète, dans lequel pendant trente-six heures il n’a pris que 200 grammes de bouillon de viande ; l’expérience a été faite à deux reprises, une fois avec repos, et une autre fois, dix jours après, avec un travail intellectuel de sept heures. Les résultats obtenus concordent avec ceux que nous avons indiqués plus haut ; les voici :

  EAU AZOTE ACIDE PHOSPHORIQUE
Accolade fine haute.png
Total. uni aux terres. uni aux alcalis.
Repos 
525 12,13 1,39 0,26 1,13
Travail intellectuel 
570 10,71 1,34 0,35 0,99
Différence 
+ 45 — 1,42 — 0,05 + 0,09 — 0,14

Ainsi dans ce cas aussi la quantité d’azote et d’acide phosphorique uni aux alcalis diminue sous l’influence du travail intellectuel, tandis que la quantité d’acide phosphorique uni aux terres augmente un peu.

Comme comparaison donnons les résultats des expériences faites sur l’influence produite par un travail musculaire sur la composition de l’urine.

Ce travail musculaire consistait à monter des paillassons ; ce travail nécessitait la station verticale, un va et vient autour du métier, des mouvements de flexion du tronc, enfin et surtout la mise en activité des muscles des bras et du thorax. Il est à noter que jamais ce travail n’a produit chez les personnes en expérience de transpiration forte. La durée de ce travail était égale à sept heures, dont trois le matin et quatre l’après-midi.