Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/263

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


respond ni à celle de l’addition ni à celle de l’écriture. On peut donc se demander si on peut remplacer les deux classifications précédentes par cette classification unique ou non. Nous répondons à cette question en disant que si la différence entre cette nouvelle classification et chacune des deux précédente est forte, on ne peut pas remplacer les deux classifications précédentes par une seule. Si au contraire cette différence est faible, on pourra avantageusement remplacer les deux classifications par une seule classification moyenne, et de plus affirmer qu’il y a une relation entre la classification par rapport aux additions et celle de l’écriture. Tout revient donc à chercher en quoi diffère cette nouvelle classification moyenne des deux précédentes. Pour le faire, calculons de combien chaque nombre de chacune des classifications diffère du nombre correspondant de la classification moyenne ; nous obtenons les nombres suivants :

Additions 
 0,5 ; 0,5 ; 0,5 ; 1,5 ; 0 ; 2 ; 0,5 ; 1 ; 0 ; 1,5
Écriture 
 0,5 ; 0,5 ; 0,5 ; 1,5 ; 0 ; 2 ; 0,5 ; 1 ; 0 ; 1,5

On remarque que les différences sont les mêmes pour les deux séries ; cela tient à ce que nous n’avons pris que deux classifications ; s’il y en avait eu plus, il n’en aurait pas été ainsi.

Faisons la somme de toutes les différences précédentes, c’est-à-dire des 20 différences ; cette somme est égale à 16 ; par conséquent, la valeur moyenne de chaque différence est égale à 16 divisé par 20, c’est-à-dire à 0,8 ; nous désignons ce nombre par un nom spécial, puisque c’est ce nombre qui caractérise le degré de différence et par conséquent aussi le degré de ressemblance de deux ou plusieurs séries, nous l’appelons donc coefficient de différence des deux classifications étudiées.

Que signifie ce nombre 0,8 ? Nous apprend-il que la différence des deux classifications est grande, ou petite ? Voyons les cas qui peuvent se présenter lorsqu’on compare deux